Programme de recherche 

 

Mes recherches portent sur la représentation littéraire et visuelle des descendants d’immigrés et particulièrement sur la façon dont ces productions interagissent et transforment des genres littéraires classiques mais aussi proposent de nouvelles sources de savoir. Bien que ces productions culturelles soient souvent catégorisées comme « étrangères », « migrantes » ou associées à la marginalisation, mes travaux montrent au contraire comment ces littératures ne sont pas seulement liées à des traditions littéraires existantes mais nous invitent aussi à réfléchir sur les manières dans lesquelles la migration refaçonne le champ littéraire. 

Thèse

 

Ma thèse étudie des récits de fiction centrés sur des descendants d’immigrés algériens en France et des descendants d’immigrés mexicains aux États-Unis. Cette étude comparative propose une approche méthodologique qui complexifie à la fois le modèle européen « assimilationniste », les modèles nord-américains du « multiculturalisme » et des espaces frontaliers (« borderlands »), ainsi que les lectures en termes de « résistance » inspirées des travaux de Frantz Fanon qui informent traditionnellement l’étude des héritiers d’immigrés. Au contraire, j’entreprends une étude pragmatique des thématiques et des stratégies discursives à l’œuvre dans ces récits en utilisant le cadre théorique des études de la postmigration. J’examine ainsi des ouvrages de Rudolfo Anaya, Azouz Begag, Mehdi Charef, Sandra Cisneros, Faïza Guène, Cherríe Moraga, Leïla Sebbar, Tomás Rivera et Luis Valdez sous les optiques de l’hybridisme linguistique, de la représentation de l’espace et de l’écriture de l’histoire. Mon travail souligne que ces récits revisitent, révisent et reconfigurent des formes littéraires établies telles que le roman d’apprentissage, le roman historique ainsi que les conceptions dominantes des espaces domestiques. 

"Bleu de Chine" Bruno Catalano, Marseille, 2018

Recherche en cours

 

Dans le cadre de mon postdoctorat pour le projet européen H2020 DETECt, j’étudie la représentation des minorités dans les fictions criminelles françaises et allemandes. Mes recherches montrent que dans des romans et des séries de télévision européens contemporains l’inclusion des personnages franco-maghrébins et germano-turcs se confronte souvent à des tropes littéraires historiques qui positionnent les minorités ethniques et religieuses comme dangereuses et en conflit avec la majorité, l’état, et la police. Mais qu’est-ce qui se passe lorsqu’ils  se trouvent dans l’autre côté du récit ? Comment le genre accueilli-t-il des figures de détectives historiquement marginalisées ? Comment ces récits soutiennent ou exposent une image d’une société postmigratoire ? Ces questions, entre autres, guident mes recherches actuelles.